La culture de l’asperge nécessite la maîtrise de certaines techniques de production agricole. Plus de 85 variétés de cet Asparagaceae originaire du bassin méditerranéen sont répertoriées dans le Catalogue européen des espèces. Sa culture ne relève cependant pas du génie. Voici quelques informations utiles pour réussir la culture de l’asperge.

Les préalables

Cultivée pour la plupart comme plante potagère, l’asperge a fait son apparition en France depuis le XVe siècle. Plusieurs paramètres concourent à la réussite de sa production ; surtout si vous désirez entreprendre dans la vente de griffes d’asperge

Le choix des variétés

L’asperge est une plante très rustique qui tolère tous les types de climats. En effet, c’est l’ensemble de ses racines que l’on appelle « griffes d’asperge ». Parmi les différentes variétés qui existent, on en trouve qui sont plus tardives et d’autres plus précoces. Le choix dépend de votre besoin d’étaler ou non la récolte.

En théorie, il faut attendre 3 ans après la mise en terre pour la première récolte. Ensuite, l’aspergeraie produit chaque année, pendant 10 à 15 ans, environ 60 à 100 kilogrammes l’are (100 m2).

Le choix du terrain

Les sols sableux qui se réchauffent vite sont les mieux adaptés pour planter des griffes d´asperge. Pour ce faire, il faut un sol fertile qui s’égoutte bien et assez profond pour permettre aux racines de bien se développer.

L’emplacement choisi doit être assez plat afin de contrer l’érosion due au ruissellement. Les asperges ont aussi besoin d’une bonne circulation d’air et d’accumuler suffisamment de neige pour leur protection hivernale.

Par ailleurs, il faut éviter les sols froids et humides, mais aussi les sols argileux difficiles à drainer et qui se réchauffent lentement au printemps. Il est également conseillé d’implanter l’aspergeraie sur un terrain vierge qui n’a pas reçu de culture de maïs, de pommes de terre, de carottes, de tomates, d’oignons, et bien d’autres depuis cinq ans.

Avant la plantation, le sol doit être préparé à l’automne précédent.

Les techniques de culture

L’asperge se cultive en plein champ ou sous châssis. L’aspergiculture utilise principalement deux techniques de mise en terre.

La première technique est celle par semis qui se fait de mars à juin. Une distance d’environ 10 centimètres est requise entre les plants.

La seconde technique est celle du repiquage des griffes sur un sol bien drainé, sans humidité. Ce sont en effet les griffes obtenues après la période des semis qui servent à ce repiquage.

L’entretien et la récolte

Les principales menaces à la pousse de l’asperge sont les mouches et les criocères. Les asperges peuvent notamment être atteintes de rouille préjudiciable aux jeunes plants, et de stemphylliose, responsable du dépérissement des asperges par dessèchement des parties aériennes.

Il faut alors procéder à un traitement préventif dans les régions sensibles en période orageuse. L’idéal est d’utiliser exclusivement des produits avec la mention « autorisé dans les jardins ».

Vous pouvez aussi opter pour un traitement à base de soufre.

Il est aussi important de désherber et arroser la plantation selon les besoins du sol pendant les deux premières années avant la première récolte.

Pour ce qui concerne la récolte, elle a lieu habituellement en mai à partir de la troisième année. Elle s’échelonne sur 4 à 5 semaines selon les régions et la température. Les turions doivent être coupés lorsqu’ils atteignent entre 15 et 20 cm de hauteur.

Les turions non coupés poursuivent leur croissance pendant que les griffes emmagasinent de nouvelles réserves pour la récolte au printemps suivant.